L’écran du Lido se rallume

Le cinéma Lido s’apprête à reprendre vie à Delémont. L’association Lieu Interculturel Delémontain Ouvert va diffuser le film The Artist vendredi à 20h. Elle proposera en préambule un apéritif dinatoire devant la salle, à 17h, avec l’Apéroule.
L’association montrera dans un premier temps une reprise de film chaque dernier vendredi du mois, puis densifiera le programme en fonction du succès rencontré. D’autres manifestations culturelles doivent suivre cet automne. Une inauguration officielle est prévue à la fin de cette année.

28.8.2018 ; RFJ

Qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans “L’Apéroule”?

Le 28 mars, Canal alpha a diffusé une émission sur l’Apéroule, inclus un interview avec Yanick, à voir…

Une bande de copains a décidé de rénover une vieille remorque à chevaux pour en faire nouveau un débit de boissons dans les jardins du château de Delémont, dès cet été. Si le projet, qui se revendique «culturel», peut séduire certains, il fâche les riverains, et surtout les restaurateurs du centre-ville qui y voient une concurrence déloyale. D’autant que les porteurs du projet prévoient aussi de reprendre l’ancien cinéma Lido, pour en faire un bar culturel
alternatif.

Video Canal alpha

Ils veulent rouvrir le LIDO cet automne

Ils vont tenter de lever le rideau du Lido! Un petit groupe de Jurassiens, membres de l’association Lieu Interculturel Delémontain Ouvert (soit Lido), va louer dès le mois de mai l’imposant monument, vieux de 60 ans, à la rue Prê-Guilliaume. Les cinq instigateurs – qui sont les mêmes que ceux du projet de l’Apéroule au château – veulent redonner vie, dès cet automne, à ce temple du 7e art. Ce cinéma fermé le 24 avril 2016 avait été, à ses débuts, le plus grand de I’ Arc jurassien.

“Pas de concurrence”
Des soirées cinéma seront bien évidemment proposées, mais l’association ne veut pas réduire son offre à ce simple créneau. Elle pense tirer parti de la salle spacieuse pour de potentiels concerts, cours de sport ou encore séminaires.

Les deux étages seront, eux, agrémentés d’un coin de jeux pour les enfants, d’un café/bar, d’une table de midi et d’une brasserie, poursuivent les cinq initiants.Ceux-ci imaginent un Lido intergénérationnel et ouvert, avec la possibilité, par exemple, pour des amis ou des familles de réserver les lieux pour une fête ou un film.Mais qu’en est-il des locaux qui n’ont plus changé depuis la dernière projection et qui accueillent les mêmes plantes grimpantes, actuellement mourantes? Les cinq membres de l’association Lido cinéphiles et actifs dans la culture alternative à Delémont, promettent des retouches, les transformations seront conformes au patrimoine de qualité.

Financement à trouver
Même si l’offre cinématographique est considérablement accrue suite à l’arrivée du complexe Cinemont dans le chef-lieu, l’association estime que son concept ne fera “pas de concurrence aux autres salles. Le cinéma ne montrera pas des films d’actualité, mais des reprises ou d’autres animations qui ne trouvent pas de place dans la programmation de cinéma conventionnelle”, notent-ils.

L’association Lido, à but non lucratif, espère une inauguration cet automne. Pour ce faire, un financement restera encore à trouver. Comme pour le projet de l’Apéroule, les cinq instigateurs compteront sur du financement participatif. Si un montant de 25’000 Fr. est espéré pour la roulotte, celui du cinéma devrait être évidemment plus élevé, admet Elena Hoffmeyer de l’association.

Une période qui fut “pénible” pour les propriétaires
De leur côté, Jean-Claude et Nelly Beuchat, propriétaires du cinéma, sont soulagés de cette envie de reprise. Ils ont bon espoir qu’elle aboutisse. Les deux Delémontains avaient été très touchés par la fin du Lido vioici deux ans.

Durant cette période. Jean-Claude et Nelly Beuchat ont été approchés par un architecte, mais le projet de ce dernier n’avait pu se faire à cause de la protection dont bénéfice le bâtiment. “C’était pénible de parcourir ces lieux vides. Même le manque de présence humaine a pesé sur les plantes qui ont commencé à mourir”, concède Jean-Claude Beuchat, petit-fils de Charles Boéchat qui construisit cette bâtisse en 1957.

Les instigateurrs du projet de l’Apéroule
Une séance de conciliation a eu lieu jeudi soir au sujet du projet de l’Apéroule qui est également soutenu par l’association Lido. Ce projet propose l’installation d’une roulotte-buvette dans les jardins du château de Delémont, afin de créer un lieu de rencontre pour la population.
Le projet fait face à 12 oppositions, 10 émanant de restaurateurs, 2 de voisins de la rue des Chappuis. Ceux-ci ont désormais 30 jours pour décider du maintien de leur opposition. Selon Elena Hoffmeyer, présidente de l’association, tout indique qu’elles vont être maintenues. Les instigateurs du projet restent néanmoins confiants quant à l’ouverture prochaine de la roulotte, retardée de quelques mois seulement selon eux. Ils ont lancé un projet de financement participatif qui doit leur permettre de réunir les fonds nécessaires à la réalisation de leur projet. Malgré les doutes des restaurateurs, Elena Hoffmeyer est concaincue que l’offre supplémentaire occasionnée par l’Apéroule attira plus de monde en ville, ce qui sera également profitable pour les bars et restaurants de centre ancien.

Samedi 24 mars 2018 I Le Quotidien Jurassien

et l’APÉROULE ?

Peut-être vous avez entendu qu’il y a eu des oppositions contre le projet de l’APÉROULE dans les Jardins du Château. Nous sommes tristes, mais pas du tout démotivés; on fera quand-même rouler notre APÉROULE ! Sur RFJ le 23 mars, après notre conférence de presse:

L’association Lieu Interculturel Delémontain Ouvert veut encore développer son projet nommé Apéroule, cette roulotte-buvette qui doit prendre place dans les jardins du Château. Les oppositions déposées n’ont toutefois pas été levées. La mise en route du projet, inscrit dans les objectifs de « Vieille Ville Plus », est donc retardée. Un financement participatif a été lancé cette semaine sur la plateforme www.heroslocaux.ch/laperoule pour trouver les fonds nécessaires pour la transformation et l’équipement d’un ancien van à chevaux. /rch

Lido

Allez aussi sur :

l’APÉROULE sur RFJ

 

Le Cinéma LIDO va reprendre vie à Delémont

Suite à notre conférence de presse de ce matin, radio RFJ a déjà mis un article qui présente notre projet:

L’association Lieu Interculturel Delémontain Ouvert (LIDO) aménage un espace de rencontre et de culture alternative sur le site protégé

Lido

Vers une résurrection du cinéma Lido à Delémont. L’association Lieu Interculturel Delémontain Ouvert va faire revivre ce lieu soixantenaire en créant un espace dédié à la culture alternative, d’ici cet automne. Des films seront à nouveau projetés (reprises), mais d’autres activités seront proposées à un large public après un léger réaménagement de ce site protégé. Avec le cinéma – fermé depuis deux ans – l’association LIDO va disposer d’un lieu qui offre de nombreuses possibilités pour animer le nouveau café-bar culturel (concerts, cours de danse, espace de travail, brasserie, coin de jeux pour enfants, location, etc.).

Cinéma LIDO sur RFJ

L’APÉROULE met les restaurateurs en boule

Le projet d’installation d’une roulotte avec débit de boissons dans les jardins du château de Delémont suscite des oppositions.

Le Conseil de ville de Delémont a accepté deux interpellations demandant d’équiper les jardins du château d’un débit de boisson pour en faire un lieu de détente estivale. L’association «Lieu interculturel delémontain ouvert» s’est crée pour animer bénévolement ce lieu en y installant une roulotte-buvette, l’Apéroule, et en y proposant des animations. Dix restaurateurs de la vieille ville et plusieurs voisins de la rue des Chappuis ont fait part de leur opposition à ce projet déposé publiquement depuis un mois. A lire dans notre édition du jour.

Arnaud Bernardin | dim, 11/03/2018 – 23:59

Au Lido, c’était le dernière séance

Dimitri de Graaff | QJ mar, 03/05/2016 – 21:20

Depuis fin avril, écran noir, portes closes et vitrines vides au cinéma Lido, à Delémont.Photo Roger Meier

Et le rideau sur l’écran est tombé au cinéma Lido. Depuis quelques jours, ce monument vieux de plus d’un demi-siècle a fermé ses portes, et ses vitrines restent vides de toute nouvelle projection. Une fin en catimini, un «The End» sans tambour ni trompette pour cette institution du 7e art inaugurée en 1958, rue du Pré-Guillaume à Delémont. La vaste salle obscure de 550 places, tenue par trois générations d’une famille pionnière du cinéma, les Boéchat puis Beuchat, n’a pas résisté au tsunami Cinemont qui a déferlé il y a tout juste 6 mois sur la ville. A lire dans Le Quotidien Jurassien de mercredi.

QJ mars 2016