L’APÉROULE met les restaurateurs en boule

Le projet d’installation d’une roulotte avec débit de boissons dans les jardins du château de Delémont suscite des oppositions.

Le Conseil de ville de Delémont a accepté deux interpellations demandant d’équiper les jardins du château d’un débit de boisson pour en faire un lieu de détente estivale. L’association «Lieu interculturel delémontain ouvert» s’est crée pour animer bénévolement ce lieu en y installant une roulotte-buvette, l’Apéroule, et en y proposant des animations. Dix restaurateurs de la vieille ville et plusieurs voisins de la rue des Chappuis ont fait part de leur opposition à ce projet déposé publiquement depuis un mois. A lire dans notre édition du jour.

Arnaud Bernardin | dim, 11/03/2018 – 23:59

Le début de l’association LIDO

L’idée de faire un café et bar culturel dans le cinéma LIDO naît en Septembre 2017, et des premiers contacts entre Kristin & Toufiq et les propriétaires s’établissent. En Novembre 2017, Elena, Sandro et Yanick se réunissent avec Kristin & Toufiq: Le plan c’est de rouvrir le LIDO dans un premier pas avec un projet d’été, soit L’Apéroule, une roulotte bar dans le parc du château à Delémont. En fin janvier 2018, Elena, Kristin, Toufiq, Sandro et Yanick fondent l’association Lieu interculturel Delémontain Ouvert, soit LIDO. L’ouverture du cinema comme café et bar culturel est prévu pour l’automne 2018.

Nous nous réjouissons !

Le Cinéma Lido

 

Le 5 mars 2016 le Cinéma Lido a été fermé. Nous trouvons que le cinéma doit redevenir un lieu de rencontre, un lieu culturel où on aime passer du temps ensemble. Le LIDO, pour la culture, pour nous et la ville …

Au Lido, c’était le dernière séance

Dimitri de Graaff | QJ mar, 03/05/2016 – 21:20

Depuis fin avril, écran noir, portes closes et vitrines vides au cinéma Lido, à Delémont.Photo Roger Meier

Et le rideau sur l’écran est tombé au cinéma Lido. Depuis quelques jours, ce monument vieux de plus d’un demi-siècle a fermé ses portes, et ses vitrines restent vides de toute nouvelle projection. Une fin en catimini, un «The End» sans tambour ni trompette pour cette institution du 7e art inaugurée en 1958, rue du Pré-Guillaume à Delémont. La vaste salle obscure de 550 places, tenue par trois générations d’une famille pionnière du cinéma, les Boéchat puis Beuchat, n’a pas résisté au tsunami Cinemont qui a déferlé il y a tout juste 6 mois sur la ville. A lire dans Le Quotidien Jurassien de mercredi.

QJ mars 2016